Curry aux 2 choux et riz basmati à la pistache

DSC_2241

DSC_2256

DSC_2280

Quand on essaie de se tourner vers une alimentation végétarienne, la cuisine indienne est bien sûr une grande source d’inspiration. Quelques légumes, une bonne sauce épicée et un riz agrémenté de quelques fruits secs et vous avez un repas complet, savoureux et parfumé. Je savais que le chou blanc marchait très bien dans ce genre de plat et j’ai voulu tenter l’expérience avec un peu de chou romanesco qui restait de ma recette de spaghettis. Et le résultat fut au top, même mes petits neveux qui détestent les légumes se sont régalés avec ce plat. Sachez aussi que cette recette peut être réalisée avec tout autre légume de saison, que vous pouvez varier le choix des épices selon vos goûts et même utiliser une pâte de curry toute faite si vous êtes pressé !

Pour 6 personnes :

Pour le curry : 

  • 1 petit chou blanc
  • 1 petit chou romanesco
  • 1 gros oignon
  • 4 gousses d’ail
  • 1/2 botte de coriandre fraîche
  • 20 cl de crème liquide ou lait de coco
  • 4 cuil. à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuil. à café de curry en poudre
  • 1 cuil. à café de curcuma en poudre
  • 1 cuil. à café de coriandre en poudre
  • 1 cuil. à café de graines de moutarde
  • sel fin

Pour le riz : 

  • 250 g de riz basmati
  • 50 g de pistaches mondées
  • 1 petit oignon
  • 1 noix de beurre
  • 1 cuil. à café de carvi
  • 4 gousses de cardamome
  • 3 clous de girofle

Pour le curry de choux :

Triez les choux et détachez-les en petits bouquets. Coupez les bouquets trop gros en deux, lavez le tout à l’eau et réservez. Epluchez et taillez l’oignon et l’ail en petits dés. Dans un grand faitout, faites chauffez l’oignon à feu doux dans l’huile d’olive pendant quelques minutes. Une fois qu’il s’attendrit, ajoutez l’ail et les épices. Laissez revenir 5 min en remuant puis ajoutez les petits bouquets de choux. Ajoutez de l’eau aux 2/3 tiers, salez et recouvrez d’un couvercle aux 2/3 également. Laissez mijoter à feu moyen environ 30 min, l’eau doit s’être évaporé quasi complètement. Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau, les choux doivent être cuits mais rester légèrement fermes. Ajoutez la crème liquide ou le lait de coco et laissez chauffer encore quelques minutes en remuant pour former la sauce. Rectifiez l’assaisonnement en sel et en épices si nécessaire et c’est prêt.

Pour le riz à la pistache :

Pelez et hachez finement l’oignon. Faites chauffer la noix de beurre dans une grande sauteuse et faites-y fondre l’oignon à feu doux durant quelques minutes jusqu’à ce qu’il devienne translucide. Ajoutez les clous de girofle, la cardamome et le carvi et faites revenir 2 min de plus en remuant. Versez le riz et mélangez bien pour le nacrer un peu. Couvrez d’eau, salez, mélangez et laissez cuire à feu doux une dizaine de minutes en ajoutant de l’eau si nécessaire et en remuant souvent. En fin de cuisson, réduisez les pistaches en poudre au pilon ou au mixeur et ajoutez-les au riz. Mélangez bien et servez bien chaud avec le curry de choux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Spaghettis au chou romanesco et pesto de noisettes

spaghettis_chouromasco_noisette_frambuesaskitchen.jpg

spaghettis3_chouromanesco_noisette_frambuesaskitchen.jpg

Il y a un mois environ, j’annonçais sur le blog vouloir prendre une direction plus responsable et végétarienne dans ma cuisine et je démarrais une semaine spéciale choux avec une recette de Choux de Bruxelles panés et sauce au beaufort. Malheureusement cette semaine-là, je n’ai pas trouvé le temps de publier toutes mes recettes mais comme l’hiver se prolonge et que l’on trouve encore de très beaux choux, il n’est pas trop tard pour les mettre à l’honneur ! Cette fois-ci, c’est dans une recette simplissime aux influences italiennes que j’ai cuisiné ce légume encore trop mal-aimé. Il faut quand même savoir que chez moi, les pâtes sont vraiment un aliment de base. Bien loin de les cuisiner par dépit, j’en suis tombée amoureuse à l’âge de 8 ans lors d’un premier voyage en Italie où j’ai découvert ce que c’était réellement que bien manger. Et cet amour des pâtes ne m’a jamais quitté… Je pourrais en manger tous les jours de ma vie que je ne m’en lasserai pas. Je les aime toutes, de toutes les formes, de toutes les couleurs. Les façons de les accommoder varient à l’infini. Il suffit de faire un petit tour des fonds de placard et de frigo et on trouve toujours de quoi improviser une petite merveille. Des spaghettis cuites al dente, de l’ail frit, un filet d’huile d’olive et un peu de parmesan râpé et je suis au paradis ! Alors imaginez ce que ça donne avec un peu de chou romanesco sauté et un pesto croquant au bon goût de noisettes grillées…

Pour 4 à 6 personnes :

  • 500 g de spaghettis
  • 1 petit chou romanesco (600 à 800 g)
  • 60 g de noisettes mondées
  • 40 g de parmesan râpé
  • 3 gousses d’ail
  • 10 cl d’huile d’olive + 2 cuil. à soupe
  • sel et poivre

Commencez par préparer le pesto. Dans une poêle antiadhésive, faites griller à sec les noisettes 2 à 3 min en remuant jusqu’à ce qu’une bonne odeur s’en échappe. Sortez-les du feu et réduisez-les en poudre grossière à l’aide d’un pilon ou d’un mixeur. Pelez et hachez finement l’ail. Dans un saladier, mélangez les noisettes en poudre avec l’huile d’olive, l’ail et le parmesan. Mélangez bien et réservez. Détachez les petits bouquets du chou romanesco et parez légèrement les pieds. Faites-les précuire dans de l’eau bouillante salée pendant environ 5 min, ils doivent rester fermes. Egouttez-les et rafraîchissez-les dans un saladier d’eau glacée si vous voulez conserver leur belle couleur verte. Egouttez-les à nouveau et réservez. Faites cuire les spaghettis dans de l’eau bouillante salée le temps indiqué sur le paquet. Deux à trois minutes avant la fin de la cuisson des pâtes, faites dorer le chou sur toutes les faces avec les 2 cuil. à soupe d’huile d’olive. Egouttez les pâtes et versez-les dans le chou. Ajoutez le pesto, poivrez, mélangez bien et servez aussitôt avec un peu de parmesan râpé.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petits beignets au coeur fondant chocolat et fève tonka

DSC_2413

beignet

A défaut d’avoir trouvé le temps de fêter mardi gras hier, nous faisons mercredi gras aujourd’hui à la maison ! Et cela fait un petit moment que j’avais repéré cette recette de beignets du chocolatier Marc Cluizel dans le Fou de pâtisserie n°8. Ces petites « boules de Berlin au chocolat » (comme elles étaient appelées dans le magazine), leur pâte cacaotée et leur sublime coeur-coulant de chocolat m’avaient totalement séduit… Et le résultat gustatif fut largement à la hauteur de mes espérances ! Cette recette est définitivement destinée aux amoureux de chocolat noir car elle est assez peu sucrée et très intense en chocolat et cacao, d’autant plus que j’ai ajouté ma petite touche perso avec la fève tonka qui corse encore plus le tout ! Toutefois, il est tout à fait possible d’adapter la recette à vos goûts et de varier les plaisirs. Si vous souhaitez quelque chose de plus doux, supprimez le cacao en poudre dans la pâte pour obtenir une pâte à beignets classique ou optez pour du chocolat au lait ou du praliné pour le coeur-coulant.

Pour la pâte : 

  • 480 g de farine
  • 250 g d’oeufs entiers (environ 5 oeufs moyens)
  • 120 g de beurre mou
  • 50 g de lait
  • 40 g de sucre en poudre
  • 35 g de levure fraîche de boulanger
  • 7 g de sel

Pour le coeur fondant : 

  • 280 g de chocolat noir à dessert
  • 250 g de crème fleurette
  • 50 g de lait
  • 1/2 fève tonka râpée

Pour la cuisson et finition :

  • 1 l d’huile à frire
  • sucre glace pour saupoudrer

Commencez par préparer la pâte. Dans le bol de votre batteur, versez le sel, le sucre, la farine, le cacao et les oeufs. Commencez à pétrir la pâte avec le fouet K à vitesse moyenne. Dans un bol, faites réchauffer le lait au micro-ondes. Emiettez-y la levure, remuez afin de la dissoudre et versez-la dans la pâte. Continuez à pétrir en augmentant peu à peu la vitesse jusqu’à ce que la pâte se décolle du bol. Ajoutez alors le beurre mou et continuez de pétrir jusqu’à ce que la pâte soit bien lisse et homogène. Couvrez de film plastique et laissez lever la pâte dans un endroit tiède durant 1h30. Elle doit avoir au moins doublé de volume. Au bout de ce temps, dégazez la pâte en appuyant dessus avec vos points. Couvrez à nouveau et placez une nuit au réfrigérateur. Préparez la ganache pour le coeur fondant. Dans une petite casserole, faites chauffer la crème, le lait et la fève tonka râpée. Dès que le mélange bout, ajoutez hors du feu le chocolat cassé en morceaux. Mélangez au fouet jusqu’à obtenir une ganache bien lisse et brillante. Versez-la dans des moules en silicone pour obtenir des petites demi-sphères ou palets en chocolat. Laissez refroidir puis placez au congélateur pour la nuit.

Le lendemain, divisez la pâte à beignets en petites boules (20 boules si vous voulez des petits beignets, 12 si vous en voulez des plus gros). Démoulez les petits palets en chocolat. Aplatissez chaque boule de pâte, placez au centre un palet en chocolat, refermez en rabattant les bords vers le haut et pincez-les avec les doigts afin de bien souder la pâte. Roulez ensuite chaque boule entre la paume de vos mains comme si vous faisiez des truffes. Disposez vos beignets ainsi faits sur une plaque de four tapissée de papier sulfurisé et laissez-les lever à nouveau 1h. Au bout de ce temps, faites chauffer l’huile à frire dans une friteuse ou une poêle à bords hauts. Une fois l’huile bien chaude, faites-y frire les beignets 4 par 4 pendant 4 à 5 min environ en les retournant souvent. Difficile de contrôler la cuisson étant donné que les beignets sont au chocolat et qu’on ne peut pas bien se fier à la dorure, alors je vous conseille d’en tester un premier puis de le couper en deux afin de vérifier que la pâte est bien cuite. Vous pourrez alors vous baser sur le temps de cuisson de celui-ci afin de cuire les autres. Une fois vos beignets cuits, égouttez-les sur du papier absorbant puis saupoudrez-les généreusement de sucre glace. Dégustez-les tièdes ou froids (2 min sous le gril du four chaud suffisent à les réchauffer).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bataille Food #31 : Quatre-quart à l’huile d’olive, chantilly au chocolat blanc, meringue au citron vert et gelée au citron jaune

DSC_2196

DSC_2138

DSC_2175

DSC_2203

Cela fait un petit moment que je n’avais pas participé à un défi culinaire, je ne trouve pas toujours le temps de le faire mais il faut croire que le thème de cette édition 31 de la Bataille Food a réussi à m’inspirer ! La marraine y est peut-être aussi pour quelquechose car c’est la créatrice d’un blog que j’admire beaucoup, Rock the Bretzel, qui est à la tête du défi ce mois-ci. Petit rappel des règles pour les novices, la Bataille Food est un défi culinaire créé par la talentueuse Jenna du blog le Bistro de Jenna où se réunissent chaque mois blogueurs ou non blogueurs autour d’un thème défini. C’est le parrain ou la marraine de la session en cours qui choisit le thème et désigne ensuite son successeur parmi tous les participants. Ce mois-ci, la jolie Miss Bretzel a été choisie pour succéder à Bénédicte du blog Douceurs maison et a décidé de nous défier sur un thème bien gourmand : la meringue associée à un fruit de saison…

Le thème m’a tout de suite donné envie de travailler les agrumes et plus particulièrement le citron en l’associant à des saveurs plutôt ensoleillées. C’est en fait la recette de mon gâteau de Capri réalisée l’année dernière et publiée sur le blog qui m’a inspiré pour ce dessert. J’avais adoré le mélange du chocolat blanc, du citron et de l’huile d’olive mais les parfums se perdaient un peu mêlées dans la pâte du gâteau. J’ai donc eu envie de déstructurer cette recette en cloisonnant bien les différents parfums dans un dessert à l’assiette (le 1er de ma vie! ) afin de les mettre en valeur. Pour l’élément imposé, j’ai choisi la meringue française cuite afin d’apporter du croustillant dans mon dessert mais j’y ai ajouté peps et fraîcheur avec le citron vert. Petite astuce pour réussir la meringue française, l’idéal est d’utiliser des blancs d’oeufs vieux de quelques jours (1 semaine au maximum) conservés au frais dans une boîte fermée hermétiquement.

La recette peut paraître compliquée et surtout assez longue mais avec une bonne organisation, on s’en sort très bien et cela vaut vraiment le coup ! L’important, c’est d’abord d’utiliser de bons produits : une huile d’olive vierge extra de qualité, des citrons bio bien parfumés et juteux, un bon chocolat blanc. Enfin, le mieux pour s’en sortir est de préparer un maximum de préparations la veille (quatre-quart, meringue, gelée et ganache chocolat blanc). Le jour J, vous n’aurez plus qu’à monter la chantilly et réaliser le dressage. Avec les proportions données ci-dessous, il vous restera certainement pas mal de quatre-quart et des petites meringues mais vous ne serez pas mécontents de les retrouver à l’heure du petit dèj’ ou du thé. J’espère que la recette vous plaira, vous pouvez retrouver la liste des autres participants tout en bas de la recette, bonne bataille food à tous !

Pour 8 personnes :

Pour le quatre-quart à l’huile d’olive : 

Il vous faut le même poids en oeufs, en sucre, en farine et en huile d’olive. Commencez donc par peser 4 oeufs moyens puis pesez le même poids pour les 3 autres ingrédients.

  • 4 oeufs (environ 200 g )
  • le même poids en sucre
  • le même poids en farine
  • le même poids en huile d’olive (utilisez une huile d’olive vierge extra de qualité)

Préchauffez le four à 180°. Dans un saladier, fouettez le sucre et les oeufs jusqu’à blanchiment de la préparation. Incorporez l’huile, mélangez bien puis terminez en ajoutant la farine tamisée en remuant délicatement. Une fois la pâte bien lisse, beurrez un moule à manqué ou utilisez un moule en silicone. Versez-y la pâte et cuisez environ 40 min. Le gâteau doit être bien doré et cuit à coeur, utilisez la lame d’un couteau afin de vérifier la cuisson. Laissez-le refroidir sur une grille. Si vous le réalisez la veille, emballez-le hermétiquement de film plastique pour le conserver.

Pour la meringue française au citron vert : 

  • 100 g de blancs d’oeufs à température ambiante
  • 100 g de sucre en poudre
  • 100 g de sucre glace
  • 16 g de jus de citron vert non traité
  • le zeste d’un citron vert non traité et râpé finement

Pensez à sortir vos blancs d’oeufs une heure avant du réfrigérateur afin qu’ils soient à température ambiante et qu’ils montent mieux. Préchauffez le four à 80°. Montez les blancs d’oeufs au batteur ou au robot. Une fois bien fermes, ajoutez peu à peu le sucre semoule puis le sucre glace tout en continuant de fouetter. La meringue doit être bien ferme et brillante. Terminez en ajoutant jus et zeste de citron vert en mélangeant bien. A l’aide d’une poche à douille, dressez des petites meringues sur une plaque de four tapissée de papier sulfurisé. Leur petite taille permettra une cuisson plus rapide. Enfournez pour 2h en entrouvrant le four toutes les 20 min afin de laisser s’échapper la vapeur. Les meringues sont cuites lorsqu’elles se décollent facilement du papier sulfurisé. Laissez-les refroidir dans le four éteint mais entrouvert.

Pour la gelée au citron jaune :

  • 100 g de jus de citron jaune
  • 60 g de sucre en poudre
  • 1 feuille de gélatine de 2 g

Faites tremper la gélatine dans un grand bol d’eau froide. Dans une petite casserole, faites chauffer la moitié du jus de citron avec le sucre. Dès que le mélange bout, sortez-le du feu, ajoutez la gélatine et mélangez bien. Ajoutez le reste de jus, remuez puis laissez complètement refroidir et placez au frais environ 1h. Prenez garde à la réfrigération de la gelée car selon sa température, elle change de texture, devenant liquide si elle a trop chaud ou beaucoup trop ferme si elle a trop froid. Si vous la préparez le jour même, pensez à bien la surveiller afin qu’elle ne réfrigère pas trop et reste onctueuse au moment du dressage. Si vous l’avez préparé la veille, pensez au contraire à la sortir du réfrigérateur au moins 1h avant afin qu’elle ait la bonne texture.

Pour la chantilly au chocolat blanc :

  • 100 g de chocolat blanc à dessert
  • 20 cl de crème liquide entière bien froide
  • 1 gousse de vanille

Faites fondre le chocolat blanc au bain-marie ou bien râpez-le dans un saladier. Dans une petite casserole, portez la moitié de la crème liquide à frémissements avec les graines de la gousse de vanille puis versez-la en 2 fois sur le chocolat fondu ou râpé et remuez en partant du centre jusqu’à obtenir une ganache bien lisse. Ajoutez le reste de crème froide en mélangeant bien, couvrez de film plastique au contact et placez au frais au moins 6h (1 nuit dans l’idéal). Avant le moment de servir, fouettez la ganache au robot ou au batteur à vitesse moyenne jusqu’à ce qu’elle gonfle bien et se transforme en chantilly ferme et aérienne.

Pour le dressage :

  • le zeste d’un citron vert non traité

Coupez le quatre-quart en petits carrés réguliers et disposez-en 6 dans chaque assiette en formant une bande sur l’assiette. A l’aide d’une poche à douille, dressez des petits dômes de chantilly au chocolat blanc puis émiettez par-dessus quelques meringues au citron vert. Décorez de gouttes de gelée au citron jaune, parsemez avec le zeste de citron vert râpé et servez aussitôt.

La liste des autres participants :

Rock The Bretzel By acb 4 youBistro de JennaKeskonmangemamanEt rond, rond, petits platapons Envie d’une recetteBar à thym –  Nietzche Paillettes et sac à mainPetite cuillère et charentaises You can cook itLa marmite du LeprechaunAu fil du thymDouceurs maisonBrian iz in the kitchenMéli mélo en cuisineUne french girl en cuisineGourmandise et passionMa cuisine salée… Mes envies sucrées… – La cuisine de Mélanie –Mamou and Co – Une cuisine pour voozenooMélina et ChocolatCosmic TomatoesFramboise et BergamoteAurore’s bakery – Les délices de Loulou – Gourmande et toquéePix’elle(s ) cuisine(nt)Fais-moi croquerComplètement meringuéeLa femme à tête de chouSharingCuisine Musée gourmandCa ne sent pas un peu le brulé là?Cuisine 2 soeursCuisine chez la marmotteEvin sur son nuageComme une envie de Encore un gâteauVoyage gourmandA prendre sans faimFrambuesa’s kitchenAnd so we cookCookin’ movieEmilie SweetnessLes gourmands disent…Cocotte et écumoireThecrazyovenGourmand PâtisserieBloc-notes gourmandCooking et bon appétit – Vous reprendrez bien un kilo – Petit bec gourmandAurélie et gourmandisesLes vagabondages de VianeLa médecine passe par la cuisineQuelques grammes de gourmandisesFamoh saveurs antillaises orientales Craquounette avenuePlaisir et équilibreL’atelier des DindinettesNana et ChocolatDes recettes à gogo Toque de chocLa table des saveursSaveurs et lecturesUne abeille en cuisineChapeau Melon Popote et natureVisites gourmandesMy nomad cuisineMel en cuisineLaetycuisineLe blog de CataLes délices pour mes amoursCyrielle GourmandiseIl était une fois my cakesThe Flying Flour

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Choux de Bruxelles panées aux amandes et sauce au beaufort

DSC_2336

DSC_2311

Une de mes résolutions 2016, cuisiner et manger de façon plus responsable pour l’environnement en consommant moins de viande et en axant ma cuisine sur les légumes de saison et les bons produits. Pour tout vous dire, j’ai eu une grosse prise de conscience en regardant le documentaire Home de Yann-Arthus Bertrand qui date de 2009 et alarme sur les dangers de la surconsommation et du réchauffement climatique. J’ai réalisé qu’il était indispensable que chacun d’entre nous change sa façon de vivre, de manger et de consommer. Et cela passe d’abord par une consommation de viande bien plus réduite, l’élevage de masse étant une activité très consommatrice d’énergie comme on le voit dans le doc. Cette semaine, j’ai donc décidé de faire le plein de légumes de saison et de mettre les choux à l’honneur ! Choux de Bruxelles, chou blanc et chou romanesco ont rempli mon panier avec en tête, l’idée de les cuisiner dans des recettes végétariennes tout en les rendant appétissants et attractifs !  J’ai commencé avec les choux de Bruxelles qui n’ont pas vraiment la côte à la maison habituellement. Pour les rendre plus gourmands, je les ai enveloppé d’une belle panure croustillante et dorée à base d’amandes en poudre pour apporter un peu de moelleux. Challenge réussi pour moi ! Trempés dans une généreuse sauce au beaufort, mes petits choux ont fait l’unanimité même parmi les plus réticents dans la famille !

Pour 4 personnes :

  • 20 choux de Bruxelles frais
  • 200 g de chapelure environ
  • 60 g de poudre d’amandes
  • 4 cuil. à soupe de farine
  • 3 oeufs
  • huile à frire
  • sel fin
  • 2 cuil. à soupe de vinaigre blanc (facultatif)

Pour la sauce:

  • 20 cl de crème liquide
  • 100 g de beaufort râpé
  • poivre du moulin

Commencez par trier les choux de Bruxelles. Retirez les feuilles abîmées ou jaunies et coupez légèrement la base (pas trop sinon les feuilles se détacheront). Rincez les choux de Bruxelles et faites-les blanchir 5 min dans de l’eau bouillante salée et vinaigrée. Egouttez puis faites cuire dans de l’eau bouillante salée durant 20 min environ. Testez la cuisson avec la pointe d’un couteau, les choux doivent être cuits mais rester fermes. Une fois cuits, égouttez-les et préparez tous les éléments pour les paner.  Battez les oeufs en omelette dans une assiette creuse. Mélangez la chapelure et la poudre d’amandes dans une deuxième assiette et versez la farine dans une troisième. Faites chauffer l’huile dans une poêle antiadhésive. Une fois bien chaude, roulez les choux de Bruxelles dans la farine, dans les oeufs et la chapelure puis une nouvelle fois dans les oeufs et dans la chapelure. Faites-les frire quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés sur toutes les faces. Egouttez-les sur du papier absorbant. Préparez la sauce. Faites chauffer la crème liquide dans une petite casserole. Ajoutez le beaufort râpé et laissez fondre à feu doux en remuant. Une fois la sauce bien homogène, poivrez et servez aussitôt avec les choux panés.

Rendez-vous sur Hellocoton !